La criminalité transfrontalière au menu d’un forum à Ziguinchor

SUP DE CO

Un forum sur la criminalité transfrontalière entre le Sénégal, la Gambie et la Guinée-Bissau s’est ouvert, lundi, à Ziguinchor (sud), à l’initiative de la fondation Konrad Adenauer, en partenariat avec le Comité d’appui et de soutien au développement économique et social (CASADES), a constaté l’APS.

“La proximité géographique avec la Gambie, la Guinée-Bissau et le Sénégal constitue une cible réelle pour le développement de la criminalité, de la déforestation, du braconnage, de la vente de produits illicites, de la traite des personnes et des biens”, a dit le directeur du programme pour la promotion de l’État de droit en Afrique subsaharienne de la fondation Konrad Adenauer, Ingo Baderock, à la cérémonie d’ouverture du forum.

Cette rencontre de deux jours à enregistré entre autres la présence des acteurs venant de la Gambie, de la Guinée-Bissau et du Sénégal, précisément de Vélingara (Kolda), de Sédhiou et de Ziguinchor.

Concernant la Casamance, a fait savoir M. Baderock, « la criminalité transfrontalière s’exerce surtout sur la vente des produits illicites dont la drogue ».

Selon lui, “la fragilité des frontières constitue un facteur aggravant de la criminalité transfrontalière”.

« Les différentes législatives et les procédures de poursuites des auteurs de ces actes dans un territoire étranger sont autant de problèmes qui limitent parfois le travail des forces de défense et de sécurité « , a ajouté Ingo Baderock, évoquant par exemple la coupe du bois dans les forêts de la Casamance.

“Selon l’institut d’études et de sécurité, environ un million d’arbres ont été abattus illégalement en Casamance, en 2020, soit un tiers de la forêt de la région », a-t-il révélé.

Le directeur du programme pour la promotion de l’État de droit en Afrique subsaharienne de la fondation Konrad Adenauer a indiqué que ces bois ont été acheminés dans un pays étranger ou ils sont exportés vers d’autres continents.

“Ce forum vise donc à accompagner et soutenir les initiatives de l’État du Sénégal pour trouver des solutions à la criminalité transfrontalière et à l’insécurité en général”, a expliqué M. Baderock.

Le directeur exécutif du Comité d’appui et de soutien au développement économique et social, Bassa Diawara, a pour sa part expliqué que le forum va permettre de se pencher sur le rôle de la société civile dans la réduction de la criminalité transfrontalière.

Il s’agira aussi, a-t-il poursuivi, de voir quelle stratégie de résilience a été faite au niveau des communautés par les organisations de la société civile et l’État pour réduire ce fléau.

Cette criminalité transfrontalière qui sévit en Casamance, concerne surtout  la drogue, la circulation des armes, le vol de bétail, entre autres, a rappelé M. Diawara.

Il a fait savoir que ce forum va permettre de définir un cadre d’intervention commun pour améliorer la sécurité dans les zones transfrontalières de la Sénégambie méridionale.

Entre autres objectifs, il a relevé le développement des échanges pour une identification et une analyse de stratégies et d’actions de résilience contre la criminalité transfrontalière en Sénégambie méridionale (Sénégal, Gambie, Guinée-Bissau).

Aps

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code