Abdoulaye Diop veut remettre le théâtre national Daniel-Sorano au service de la diplomatie

SUP DE CO

Le ministre de la Culture et de la Communication, Abdoulaye Diop, a déclaré, mardi, vouloir refaire de la compagnie du Théâtre national Daniel-Sorano un instrument de promotion de la diplomatie culturelle sénégalaise.

Dans un communiqué de son ministère, M. Diop a rappelé que cet établissement culturel et artistique était mis au service de la diplomatie du pays, sous la présidence de Léopold Sédar Senghor (1906-2001), de 1960 à 1980.

Le ministre de la Culture et de la Communication loue ‘’le talent, le savoir-faire et le dynamisme’’ des artistes de la compagnie du Théâtre national Daniel-Sorano, inaugurée le 17 juillet 1965 par le premier président de l’Etat du Sénégal.

‘’Le ministre a promis de plaider pour que ‘Sorano’ puisse reprendre sa place d’antan dans la diplomatie culturelle et le rayonnement de la culture sénégalaise sur le plan international’’, lit-on dans le communiqué.

Abdoulaye Diop a visité le Théâtre national Daniel-Sorano, jeudi dernier, à la suite des travaux de rénovation de l’établissement culturel.

Lors de sa visite, il a assisté à un spectacle animé par l’Ensemble lyrique traditionnel de Daniel-Sorano, avec les voix de plusieurs artistes dont Arame Kamara et Marie Ngoné Ndione.

Le directeur général de la compagnie du Théâtre national Daniel-Sorano, Abdoulaye Koundoul, a présenté au ministre de la Culture et de la Communication tous les compartiments rénovés du bâtiment âgé de 56 ans, selon le communiqué.

M. Koundoul a assuré Abdoulaye Diop de la volonté du ballet ‘’La Linguère’’, de la Troupe nationale dramatique et de l’Ensemble lyrique traditionnel de contribuer au ‘’rayonnement culturel’’ du pays.

Vitrine de la créativité artistique et culturelle du Sénégal, la compagnie du Théâtre national Daniel-Sorano a accueilli les manifestations du premier Festival mondial des arts nègres, en 1966.

De nombreux spectacles nationaux et internationaux, dont une présentation des pièces de théâtre ‘’La tragédie du roi Christophe’’, d’Aimé Césaire (1913-2008), et ‘’L’os de Mor Lam’’, de Birago Diop (1906-1989), s’y sont déroulés.

Maurice Sonar Senghor (1926-2007), un neveu de Léopold Sédar Senghor, a été son premier directeur.

Aps

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code