Les défis sécuritaires doivent être alignés sur les priorités des états africains (AISSATA TALL SALL)

SUP DE CO

Le Chef de la diplomatie sénégalaise a appelé les partenaires du continent à aligner les défis sécuritaires sur les priorités des Etats Africains, relevant qu’ils (les Etats) veulent être ‘’autour de la table avec couteaux et fourchettes et se servir au lieu d’être simplement le menu’’.

‘’Avant de venir nous dessiner les lignes sur lesquelles nous devons assurer notre sécurité qu’ils (les partenaires) nous laissent leur parler d’abord de nos propres solutions ensuite on sera ensemble côte à côte pour la mise en œuvre’’, a dit le ministre des Affaires Etrangères à la clôture mardi du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique.

‘’Il nous convient de repenser tous ensemble entre les Etats africains et leurs partenaires de sécurité pour plus de collaboration dans la lutte contre l’extrémisme violent’’, a ajouté Aissata Tall Sall.

Pour le chef de la diplomatie sénégalaise, ‘’les orientations et les choix stratégiques en matière de sécurité doivent d’abord émaner des Etats africains.’’

‘’Cela est indispensable si nous voulons réussir dans la lutte pour la sécurité. Si le terrorisme gît en Afrique la menace est planétaire. Donc tout le monde doit considérer que la lutte contre le terrorisme est une lutte universelle avec des méthodes, des pratiques et des idées partagées par tout le monde’’, a-t-elle souligné.

Elle a rappelé que les panélistes ont débattu durant les deux jours, au cours des ateliers, ‘’des orientations stratégiques que les Etats devraient poursuivre afin de favoriser davantage l’autonomie des organisations régionales africaines, pour mieux appréhender les crises globales de souveraineté et de sécurité en Afrique’’.

‘’L’objectif étant de permettre aux Etats de faire face avec beaucoup plus d’efficience aux crises actuelles et de prévenir celles à venir puisque d’autres crises vont venir’’.

Aiisata Tall Sall de rappeler que le Forum de Dakar qui en est à sa 8émé édition vise à ‘’consolider les dynamiques de paix et à proposer surtout un nouveau regard sur les réponses des communautés économiques régionales aux défis de stabilité’’.

Il s’agit, selon elle, d’évaluer et de proposer des voies et moyens de réaliser les objectifs de souveraineté dans les domaines vitaux que sont la sécurité, l’énergie, l’alimentation et le numérique.

Le thème de cette année portait sur ‘’L’Afrique à l’épreuve des chocs exogènes : Défis de stabilité et de souverainetés’’, avec la participation des présidents angolais et capverdien et du vice-président de la Guinée Bissau.

Aps

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code