Le décès de Salif Diallo est « une lourde perte pour le monde sportif », selon Matar Ba

SUP DE CO

Le décès du journaliste Salif Diallo, chef du service des sports de l’Agence de presse sénégalaise (APS), survenu lundi à Dakar, à l’âge de 53 ans, est « une lourde perte pour le monde sportif », a témoigné le chef de cabinet du président de la République et ancien ministre des Sports, Matar Ba.

« C’est une lourde perte pour le monde sportif. Je perds un ami et un frère qui m’a toujours accompagné », a dit à l’APS M. Ba, attristé comme des milliers de personnes, dont des journalistes, des collègues, des personnalités, des amis et des parents du défunt.

Mamadou Salif Diallo, Salif pour ses amis, proches et collègues, est décédé des suites d’une maladie, lundi matin, à l’hôpital Abass-Ndao de Dakar.

Diplômé du Cesti, le Centre d’études des sciences et techniques de l’information de Dakar, il a servi l’hebdomadaire Nouvel Horizon et le groupe Sud Communication avant d’entrer à l’APS en janvier 2001.

« Nous nous inclinons devant la volonté divine et prions que le Miséricordieux l’accueille dans son paradis », a dit Matar Ba, l’un des ministres des Sports avec lesquels le défunt journaliste a travaillé dans l’exercice de ses fonctions, notamment en sa qualité de chef du service des sports de l’agence.

« Nous venons d’apprendre avec tristesse la nouvelle du décès de Mamadou Salif Diallo. C’est une perte cruelle », a réagi le journaliste Mamadou Koumé, ancien formateur au Cesti, l’école de journalisme et de communication de l’université Cheikh-Anta-Diop.

Koumé, également ancien directeur général de l’APS, se souvient que « Salif était un excellent professionnel, bien introduit au plan local et en Afrique où il s’était constitué un vaste réseau de relations ». 

« Ses papiers d’agencier faisaient autorité et étaient repris par de nombreux supports. Il était un homme bien et d’une grande reconnaissance. A l’étranger où nous nous sommes parfois retrouvés, il était à nos petits soins », a-t-il ajouté en parlant de son ancien collaborateur.

Mamadou Koumé dit garder de lui le souvenir d’ »un étudiant modèle, qui s’était voué passionnément à sa formation ».

« Le journaliste de l’Agence de presse sénégalaise que nous avions appelé à nos côtés s’acquittait avec beaucoup de cœur de son devoir », a-t-il dit.

« Nos pensées vont à sa famille, à ses proches et à la corporation, en particulier à la presse sportive de notre pays dont il était l’un des plus compétents éléments », a poursuivi Koumé, louant la « sincérité » de son défunt collaborateur.

Aps

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code