La guerre Russo-Ukrainienne n’a pas changé la relation militaire entre l’Afrique et les Etats-Unis, selon le Général Américain James Hecker

SUP DE CO

L’invasion de l’Ukraine par la Russie n’a pas changé la relation militaire des Etats-Unis avec l’Afrique, où Washington maintient le curseur sur la lutte contre le terrorisme, a déclaré à l’APS le général américain James Hecker, commandant des forces aériennes de son pays en Europe.

« En Ukraine, nous avons [vu] une nation russe envahissant une nation souveraine. Pour moi, cela n’a pas vraiment de rapport avec ce que nous faisons ici en Afrique. En Afrique, nous essayons de nous débarrasser du terrorisme (…) Mais notre position n’a pas changé en ce qui concerne notre doctrine [en] Afrique », a-t-il déclaré.

James Hecker s’est entretenu avec l’APS en marge d’un forum des armées de l’air africaines, fin octobre, à Dakar.

« Nous n’avons pas changé d’avis sur le terrorisme (…) Nous n’aimons pas les terroristes. Vous n’aimez pas les terroristes. La seule façon d’y arriver n’est pas de travailler unilatéralement, pour les Etats-Unis pas plus que pour les nations africaines », a-t-il précisé.

« Nous avons la France ici. Nous avons le Brésil ici. Nous avons plusieurs nations qui sont également d’accord pour cela : travailler ensemble (…) Notre position n’a pas changé. Nous devons nous débarrasser des organisations extrémistes violentes », a expliqué le général américain, concernant le partenariat entre l’Afrique et les Etats-Unis en matière de défense et de lutte antiterroriste.

Dans ce domaine comme en matière de sécurité alimentaire et de lutte contre le réchauffement climatique, « je pense qu’avec tout ce qui se passe, nous devons non seulement travailler avec les organisations des Nations unies » mais également avec « les nations africaines, pour faire en sorte que ces trois préoccupations soient prises en compte », a dit James Hecker, également responsable de la défense aérienne et antimissile de 30 pays membres de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN).

« Ce n’est pas une tâche facile. Cela va nous prendre du temps et il va falloir beaucoup de partenariat pour y arriver », a-t-il souligné.

« Les Français sont l’un de nos alliés les plus proches et nous travaillons avec eux depuis plusieurs années, non seulement au Sahel mais aussi dans d’autres régions d’Afrique. Nous continuerons à travailler en étroite collaboration avec les Français pour lutter contre ces organisations terroristes », a dit le responsable militaire américain, en parlant de la présence des armées de son pays au Sahel.

James Hecker estime que « chaque pays d’Afrique est libre de faire ce qu’il veut », concernant le choix de ses partenaires. « S’ils (les pays africains) veulent travailler avec les Russes, c’est leur prérogative. Je peux vous dire, du moins en ce qui concerne les Etats-Unis, que (…) nous nous soucions vraiment d’eux. »

« C’est difficile à dire. Je ne peux pas vous dire exactement le nombre (…) Je suis sûr que nous en avons pas mal dans notre armée », a-t-il répondu à la question de savoir si les militaires d’origine sénégalaise sont légion dans les armées américaines.

Le forum des armées de l’air d’Afrique « est une bonne opportunité dans la mesure où ça nous permet de collaborer (…) et de nouer des partenariats avec les nations africaines en gagnant mutuellement en confiance », a souligné le général Hecker.

Aps

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code