Culture: Rappel à Dieu de Samba Diabaré Samb

SUP DE CO

Le maître sénégalais du Xalam (un luth à cinq cordes considéré comme un instrument traditionnel magique), Elhadj Samba Diabaré Samb, est décédé dans la nuit de vendredi à samedi à l’âge de 95 ans, a-t-on appris auprès de sa famille.   Né dans une famille de griots, Samba Diabaré Samb est à l’origine, avec son compagnon feu Amadou Ndiaye Samb, de la création en 1962 de l’Ensemble lyrique traditionnel du Théâtre Sorano.

Il a reçu les décorations de chevalier dans l’Ordre des Palmes académiques (1983), officier de l’Ordre du Mérite (1984), commandeur de l’Ordre du Mérite (1990) et officier de l’Ordre des Arts et Lettres (2002). 
  Il a été honoré par l’UNESCO dans le cadre du projet Trésors humains vivants, avec le conservateur de la Maison des esclaves feu Boubacar Joseph Ndiaye. 
  Le maître du xalam a sorti quelques cassettes : Ngawla (1993, avec Baaba Maal et Mansour Seck), Laguiya (1997), Taara (1998), Jëf sa Yëf (2000), Biram Yacine (2003). 
  Celui que feu Ndiaga Mbaye appelait affectueusement ’’baayu ndaanaan yi (le père des artistes, en wolof)’’ a siégé pendant plusieurs années au sein de la Commission d’identification des œuvres du Bureau sénégalais du droit d’auteur (BSDA). 
  En 2006, il est intronisé ’’Trésor humain vivant’’, à l’occasion d’un hommage national qui lui a été rendu.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code