ALIOUNE SARR, MINISTRE DU TOURISME, SUR FRANCE 24 : « Air Sénégal a un taux de remplissage de 99% tous les jours… »

SUP DE CO

Invité de la Chaîne France 24, le ministre a enfin évoqué la compagnie nationale Air Sénégal, dont la clientèle a validé positivement l’offre et la qualité de service de la compagnie avec un taux de remplissage de 99%. « C’est une compagnie qui fait la fierté des Africains et qui en deux ans d’existence sur le tronçon Paris/Dakar, quasiment est leader sur le marché, point à point. Elle a investi sur de l’actif neuf aussi avec l’acquisition de A330Neo. Il y a un tarif accessible en classe business comme économique », a détaillé Alioune Sarr. 

Le ministre du Tourisme est aussi revenu sur la polémique née de la réciprocité des visas pour les Français venant au Sénégal. Une mesure pas à l’ordre du jour selon le ministre qui prend part à Paris au Salon « Top Resa ».

Pour lui, le Sénégal a supprimé les visas pour les touristes. C’est l’un des rares pays qui l’ait fait. C’est conforme à la philosophie du Sénégal qui est un pays ouvert et donc le Sénégal offre cette facilité de déplacement des touristes au Sénégal. C’est une décision sur laquelle on ne reviendra pas. 
Au lendemain de l’annonce de la faillite du géant du voyage, l’historique Thomas Cook, la répercussion s’est fait sentir dans beaucoup de pays. Le Sénégal n’a pas été épargné, a juré le ministre.
Alioune Sarr : « Il avait un partenaire qui s’appelle « l’hôtel Baobab », sa faillite entraîne que des touristes au Sénégal ne peuvent plus payer leurs hôtels. Cela pose le problème de la désintermédiation dans le secteur touristique. Autrement dit, entre les infrastructures d’hébergement touristique et le touriste, il y avait tout un ensemble de dispositif digital qui fait que le système est tout à fait chamboulé. S’y ajoute d’autres éléments de gestion ».

Aujourd’hui, dit-il, il faut s’interroger sur la chaîne de valeur touristique, comment la moderniser, comment faire que le centre de gravité qui était détenu par les hôtels et les grands groupes soient déplacés auprès des appareils digitaux, que l’on puisse justement faire en sorte de préserver ce segment important de l’économie mondiale.Sur cet aspect, le ministre de finir par rappeler que le tourisme c’est 1500 milliards de dollars et 1, 4 milliard de touristes par an. « Un secteur important dans le PIB surtout dans les pays sous-développés où vous avez souvent 7 jusqu’à 10% du PIB constitué par le secteur touristique ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code