UNE FORTE FIÈVRE ÉLECTORALE À BANJUL, À DEUX JOURS DU SCRUTIN PRÉSIDENTIEL

SUP DE CO

Banjul, la capitale gambienne, est saisie d’une puissante fièvre électorale, ce jeudi, le dernier jour d’une campagne électorale timide au début, mais qui prend de plus en plus des couleurs, au fur et à mesure que le scrutin présidentiel ouvert et indécis de samedi approche, a constaté l’envoyé spécial de l’APS.

Dès les premières heures de la journée, le marché central de Yundum, près de Banjul, grouille de monde. Des rangées de tables et d’étals rétrécissent la voie principale. Le concert de klaxons des véhicules se mêle aux cris des marchands ambulants. Yundum plonge dans un méli-mélo, une ambiance indescriptible.

Les cortèges de voitures des partis politiques rendent plus dense un trafic automobile déjà peu fluide. Les effigies des principaux candidats sont visibles un peu partout. De petits groupes de personnes à chaque coin de rue.

‘’C’est très difficile de se déplacer dans la ville. Le trafic est très dense’’, fait remarquer Shek Cissey. Ce chauffeur de taxi multiplie les va-et-vient entre les stations d’essence et de gasoil. Il s’inquiète beaucoup et craint un ralentissement de son travail.

‘’Il n’y a presque pas de réserves dans les stations-service. Certains chauffeurs vont jusqu’à la frontière sénégalaise pour se procurer du gasoil ou de l’essence’’, s’alarme Shek Cissey.

Mercredi soir, à Boufazon, une célèbre place de la banlieue de Banjul, Adama Barrow, le candidat du Parti national du peuple (NPP), le parti au pouvoir, a tenu un grand rassemblement. Lors du meeting, il a tenté de persuader les électeurs de l’opportunité de lui faire encore confiance, confie à l’APS Hounda Nyang, le coordonnateur national du NPP.

Cette formation politique tiendra son meeting de clôture cet après-midi, dans le centre-ville de Banjul. ‘’Nous sommes en train de nous affairer autour des derniers détails, pour la dernière mobilisation de ce soir. Nous allons terminer en beauté en laissant une dernière belle impression à l’électorat gambien’’, promet M. Nyang, un brin confiant.

Le leader du Parti démocratique unifié (UDP), l’avocat Oussainu Darboe, opposant durant de longues années, vice-président de la Gambie en 2018-2019, compte se déployer dans les plus grandes artères de la capitale, pour ‘’une grande procession électorale’’. Il va boucler sa campagne électorale avec un meeting prévu au terrain de football de Bakau, selon Bintou Camara, la responsable de la communication de l’UDP, le principal parti d’opposition du pays.

Le candidat du Parti socialiste, le député Halifa Sallah, a choisi Serrekunda, l’une des principales circonscriptions électorales de la Gambie, pour y tenir son meeting de clôture. ‘’Il va beaucoup insister sur son programme politique, les réformes qu’il propose en vue d’une nouvelle Gambie. Il est important qu’il se fasse comprendre par les électeurs’’, souligne Umar Djassey, un de ses proches. Le leader du Parti socialiste est un ancien allié d’Adama Barrow.

D’autres candidats, qui ont déroulé meetings et tournées en dehors de Banjul, ont presque tous regagné la capitale pour les derniers rassemblements qui doivent prendre fin à minuit au plus tard.

Six candidats sont en lice pour l’élection présidentielle gambienne prévue samedi. Plus de 900.000 électeurs doivent prendre part au vote, dans les sept régions du pays.

C’est le premier scrutin présidentiel de la Gambie après celui remporté en 2016 par Adama Barrow aux dépens de Yahya Jammeh. Ce dernier, après vingt-deux ans au pouvoir, vit en exil en Guinée Equatoriale, depuis l’échec de sa tentative de confiscation de la victoire de son adversaire.

Des organisations de défense des droits de l’homme et des familles de victimes présumées de violences commises par son régime réclament des poursuites judiciaires contre M. Jammeh. Il a quitté la présidence gambienne sous la pression de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest.

Aps

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code