SAHEL : Un expert évoque une dégradation de la situation alimentaire

SUP DE CO

Eric Fradin, chef de projet au sein du Programme de renforcement des systèmes d’alerte précoce (PROACT) de l’ONG Save the children, a fait état lundi Saly Portudal (Mbour, ouest), d’une situation alimentaire « dégradante » depuis près de sept ans dans certains pays du Sahel, accentuée par la guerre en Ukraine.

« La situation dans le Sahel n’est pas la même dans tous les pays mais on est face à une situation qui se dégrade depuis 5-7 ans et particulièrement, on vient de passer une soudure 2022 très compliquée due à un ensemble de facteurs’’, a-t-il dit.

Il s’exprimait au cours d’atelier de capitalisation des expériences de plaidoyer sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Cette rencontre de trois jours vise l’amélioration de la situation alimentaire et nutritionnelle et créer des synergies plus fortes pour mutualiser les efforts communs de plaidoyer.

Selon M. Fradin, cette région africaine était déjà dans ‘’un cycle d’inflation’’ qui avait été décelé par la FAO et le PAM. La crise en Crise en Ukraine qui a démarré en février, va poser un problème d’accès aux intrants agricoles, a-t-il ajouté. 

« Le problème de l’urée et de la disponibilité des engrais en général va poser un sérieux problème sur les campagnes agricoles. On pourrait s’attendre à des niveaux de production très bon qui peuvent être mis en balance par cet accès à des engrais qui malheureusement est devenu très compliqué’’, a alerté le chargé de projet de Save the children.

Il a assuré que son ONG suit la situation de très près à travers des enquêtes avec les systèmes d’alerte précoce pour “donner du grain à moudre aux décideurs politiques”  sur les situations en cours.

Dans cette perspective, Eric Fradin a plaidé pour une meilleure implication de la société civile en vue de faire ressortir les réalités du terrain et pousser les Etats à agir.

« Ce qui se passe en Ukraine affecte nos systèmes de sécurité alimentaire, il nous faut prendre des décisions partout pas toujours au sommet mais au niveau de la base’’, a pour sa part indiqué Idrissa Moumouni, conseiller technique de la plateforme du Niger.

Il a souligné que « le contexte de changement climatique rend difficile les prévisions et également les conditions métrologiques qui sont nouvelles. Ce qui fait, selon  qu’on est toujours confronté à des inondations ou à des sécheresses sévères.

Golnda Langarsou, trésorière générale de la Cellule de liaison et d’information des associations féminines (CELIAF) du Tchad a exhorté les partenaires à davantage investir dans le secteur agricole et appuyer ‘’les populations rurales à pouvoir produire localement pour ne pas dépendre des pays étrangers’’.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code