Macky Sall relève « les limites » des opérations de maintien de la paix

SUP DE CO

Face au terrorisme, les opérations classiques de maintien de la paix des Nations unies ont montré leurs limites, a déclaré lundi, le président sénégalais, Macky Sall.

Le chef de l’Etat procédait à l’ouverture de la 8émé édition du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique au Centre international de Conférences Abdou Diouf de Diamniadio.


Les chefs de l’Etat de l’Ouganda et du Cap-Vert et de nombreux chefs de gouvernement prennent part à cette rencontre internationale sur la paix et la sécurité


« Nous n’avons rien contre le système des Nations Unies, c’est notre système, mais je pense que ce Forum au fil des années a eu à prouver qu’il est temps de changer la doctrine’, a-t-il dit.


Pour Macky Sall, « des casques bleus attaqués jusque dans leur propre base sans capacité significative de riposte ne peuvent pas assurément protéger des populations menacées par des groupes terroristes’’.


« Comment maintenir la paix quand cette paix elle-même n’est pas établie ?’’, s’est interrogé le président Sall.


C’est pourquoi, a-t-il ajouté, « en toute vérité, nous devons changer la doctrine des opérations de paix qu’il convient de mettre à jour en intégrant pleinement la lutte contre le terrorisme y compris en Afrique dans cette nouvelle philosophie des Nations Unies’’.

Rappelant son adresse à la 70éme Session des Nations Unies, il a souligné que ‘’le terrorisme qui gagne du terrain sur le continent n’est pas qu’une affaire africaine, c’est une menace globale qui relève de la responsabilité première du Conseil de sécurité qui est garant du mécanisme de sécurité collective en vertu de la chartre de l’organisation des Nations Unies’’


‘’L’inertie du Conseil de sécurité dans la lutte contre le terrorisme en Afrique porte en elle-même la défaillance du système multilatéral’’, a-t-il encore assuré.

Le chef de l’Etat est d’avis que « pour inspirer confiance et adhésion, le multilatéralisme doit servir les intérêts de tous, autrement, il continuera de susciter la défiance des autres et finira par perdre la crédibilité et la légitime attaché à son autorité’’.


Il a évoqué à ce sujet la position de sa sainteté le Pape Jean François dans son récent livre intitulé ‘’Je vous demande au nom de Dieu 10 prières pour un futur d’espérance’’.


« Le Saint-Père constate avec justesse que le multilatéralisme tel qu’il fonctionne ne répond plus aux nouvelles réalités et prône des réformes pour faire retrouver aux organisations internationales leurs vocations primordiales de servir la famille humaine’’, a-t-il dit, citant le Chef de l’Eglise catholique.

Le Chef de l’Etat espère ainsi que le Conseil consultatif de haut niveau sur le multilatéralisme efficace mis en place par le Secrétaire général des Nations Unies fera « œuvre utile en examinant des problématiques majeurs tels que la paix, la sécurité, le climat, l’architecture financière internationale et l’espace numérique, entre autres’’.


Macky Sall a estimé par ailleurs qu’ »il est temps pour nous de rendre opérationnelle la force africaine en attente et de financer de manière plus adéquate le Fonds de paix de l’Union africaine’’.


« Nous ne pouvons pas toujours compter sur le financement extérieur pour assurer notre propre sécurité et assurer une architecture de paix durable’’, a-t-il insisté.


Il a salué la contribution du Sénégal et de l’Ouganda pour un million d’Euros chacun pour permettre le déploiement d’une force africaine au niveau de la RDC.

A l’échelle africaine, a-t-il souligné, « faisons l’effort interne de mobilisation avant de demander l’appui de nos partenaires extérieurs ».

Le Chef de l’Etat est convaincu que l’Afrique a encore quelques capacités de mobiliser le minimum de ressources pour financer la paix sur le continent.

Aps

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code