Le Directeur de l’AFD plaide pour la jeunesse et le développement durable en Afrique

SUP DE CO

Le Directeur de l’Agence française de développement (AFD), Remy Rioux, invite les investisseurs à croire en l’avenir de la jeunesse africaine et à accentuer le financement des projets de développement durable sur le continent, a constaté l’APS.

’’En Afrique, les besoins et les opportunités sont énormes. Il faut croire en l’Afrique, en son avenir, en sa jeunesse et y investir maintenant’’, a-t-il-plaidé.

’’Il ne s’agit pas de parler d’aide. Il s’agit d’investissement durable et surtout il faut investir en commun’’, a-t-il-précisé.

Remy Rioux s’exprimait lors d’une conférence qu’il animait à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar sur le thème ’’Investir pour un monde en commun : le rôle des banques publiques de développement’’.

’’J’essaie de le faire à chaque fois que je me déplace en Afrique pour avoir un moment d’échanges libre et directe avec la jeunesse des pays pour partager l’expérience de l’AFD et puis entendre les questions, les critiques et nouer ce dialogue qui est à mon avis indispensable’’, a-t-il-expliqué.

Selon lui, il y a des situations de sous-investissement partout dans le monde.

’’Il faut plus d’investissements privés et plus d’investissements publics pour avoir une plus grande création de richesses privées’’, a-t-il-estimé.

Remy Rioux appelle aussi les partenaires financiers à prendre en compte les enjeux climatiques dans les politiques de développement.

’’Nous avons tous pris conscience de l’urgence de la transformation et du bouleversement qui sont en cours à cause réchauffement climatique et qui vont frapper d’abord le territoire les pauvres’’, a-t-il dit.


Le directeur générale l’AFD invite ainsi les Etats à accentuer la solidarité et la coopération internationale pour trouver une réponse collective aux différents défis climatiques qui secouent le monde.

Le recteur de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, Amadou Aly Mbaye, s’est réjoui, pour sa part, de la tenue de ce cadre d’échanges qui permet un large partage d’expériences et d’expertises avec les étudiants.

’’Il y a énormément de défis dans le monde. Nous vivons dans un monde où les inégalités augmentent à l’intérieur des pays mais également entre les Etats. Ce qui constitue une menace réelle pour le système international’’, a-t-il-soutenu.


’’Donc il fallait discuter de comment les systèmes internationaux pourraient prendre en charge ces inégalités au niveau du continent africain où la plupart des pays sont exclus des mécanismes de financement disponible sur la scène internationale’’, a-t-il-ajouté.

Aps

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code