La sécurité routière,  »une attente forte et légitime », rappelle le PM

SUP DE CO

La sécurité routière est « une attente forte et légitime » que le gouvernement compte satisfaire, a souligné le Premier ministre, Amadou Ba, assurant de la volonté du gouvernement de sévir  »sans concession » contre les contrevenants aux règles édictées pour garantir l’intégrité physique des citoyens.

« La sécurité de nos routes est une attente forte et légitime qu’il convient de satisfaire. Alors, le message doit être clair : plus jamais ça sur nos routes », a-t-il déclaré, lundi à l’issue des travaux du conseil interministériel sur la sécurité routière.

Vingt-deux mesures visant à lutter plus efficacement contre les accidents de la route ont été adoptées à l’issue de cette rencontre qui fait suite au drame de Sikilo, une localité située dans la périphérie de la ville de Kaffrine (centre) où 39 personnes ont trouvé la mort dans la collision entre deux bus de transport public.

Le chef du gouvernement a assuré de la volonté de l’Etat d’appliquer les mesures édictées, dans le cadre d’une « rupture que l’on pourrait qualifier de structurée, car toutes les parties prenantes ont été associées à la réflexion ».

« Je le dis avec une détermination absolue, des actes suivront et ils ne doivent faire l’objet ni de report ni de compromis », a-t-il assené à l’assistance.

Il souligne que c’est à travers « une démarche inclusive » qu’il a été procédé à « un diagnostic sans complaisance de la situation. Maintenant, il nous faut passer à l’action et de façon résolue, c’est cela et rien que cela qu’attendent nos concitoyens », a dit le Premier ministre.

L’Etat sera « sans concession avec ceux qui contreviennent aux règles édictées pour garantir l’intégrité physique de nos concitoyens », a assuré Amadou Ba, selon qui « l’un des probables facteurs d’altération de l’efficacité des mesures reste le manque de suivi. Il convient d’y remédier », préconise-t-il.

Selon le chef du gouvernement, le « terrible accident [de dimanche] doit déclencher une prise de conscience pour renforcer les mesures de prévention et de sécurité ». Et pour ce faire, « il ne faut pas relâcher nos efforts pour faire progresser la sécurité sur les routes. »

Amadou Ba a renouvelé les condoléances du chef de l’Etat, au peuple sénégalais et aux familles éplorées.

« Personne ne peut ressentir la souffrance qui est la vôtre. Je l’ai mesurée hier, quand j’ai accompagné le président de la République à Kaffrine, en rencontrant les blessés et certains parents des victimes », a-t-il dit.


« Nous vous devons la solidarité, et je vous réaffirme aujourd’hui le soutien de l’Etat. Nous vous devons la solidarité et c’est le pays tout entier qui s’est trouvé bouleversé par cette catastrophe, tout simplement parce qu’elle pouvait nous concerner tous, chacun d’entre nous », a-t-il insisté à l’endroit des familles des victimes.

Le chef du gouvernement considère que “l’émotion ne va jamais se dissiper et restera encore vive à l’évocation de cet accident, le plus terrible accident de la route de notre histoire contemporaine.”

Aps

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code