La résistance aux antimicrobiens, la « PLUS GRANDE MENACE POUR LA SANTÉ PUBLIQUE »

SUP DE CO

La résistance aux antimicrobiens (RAM) est aujourd’hui reconnue comme ‘’la plus grande menace’’ pour la santé publique et la sécurité alimentaire en Afrique, car plus de 4 millions de décès pourraient être enregistrés sur le continent d’ici à 2050 si rien n’est fait contre ce phénomène, a prévenu la secrétaire permanente du Haut-Conseil national de sécurité sanitaire ‘’One Health’’.

‘’On a passé des siècles à développer un arsenal thérapeutique constitué d’antibiotiques, d’antiparasites et d’autres médicaments, aussi bien pour les êtres humains que pour les animaux, et à anéantir les microbes. Mais on se rend compte de plus en plus d’une résistance aux antimicrobiens. Une situation qui pose un véritable problème de santé publique’’, a alerté le docteur Adjaratou Ndiaye.

La RAM favorise la mortalité aussi bien chez l’homme que chez l’animal, avec des incidences sur l’environnement, a-t-elle expliqué lors d’un atelier de formation sur la résistance aux antimicrobiens, mercredi, à Thiès (ouest).

La rencontre est organisée à l’intention des journalistes en santé et des acteurs d’autres disciplines et compétences, dans le cadre de l’approche ‘’one health’’.

La RAM n’est certes pas une maladie, mais elle favorise et augmente la mortalité, car les microbes résistent aux médicaments qui devaient soigner les hommes et les animaux, avec une incidence également sur les végétaux, indique-t-elle.

Mme Ndiaye signale que ‘’la préservation de l’arsenal thérapeutique commun à l’ensemble de l’humanité préoccupe le milieu scientifique, médical, pharmaceutique et vétérinaire, qui doit faire face à la résistance aux antimicrobiens’’.

L’antimicrobien, c’est tout ce qui peut tuer les microbes, bloquer leur croissance ou les empêcher de se multiplier, et la résistance s’établit une fois que l’arsenal commun pour soigner l’homme ou l’animal n’est plus efficace, a-t-elle expliqué.

Le microbe peut être un virus, une bactérie, un parasite ou un champignon.

Ibrahima Lô, médecin vétérinaire, estime que pour gérer la problématique de la résistance antimicrobienne, les stratégies d’intervention doivent être intégrées dans le cadre de l’approche ‘’one health’’. Il faut, pour cela, associer les décideurs, les prescripteurs, les utilisateurs et les bénéficiaires, sans oublier les acteurs de la communication, propose-t-il.

‘’La résistance antimicrobienne constitue une menace pour la santé animale, la santé humaine et environnementale, la santé publique. Elle constitue, par conséquent, une préoccupation nationale, régionale et mondiale’’, a-t-il souligné.

Selon M. Lô, la résistance des microbes est exacerbée par l’utilisation excessive ou non appropriée des médicaments, selon la dose et la durée des traitements, ou à cause de l’automédication abusive.

Il met en garde contre l’utilisation abusive de médicaments pour le bétail, par les éleveurs qui ne prennent pas toujours le temps de consulter les vétérinaires. Ce sont, dit-il, autant de facteurs qui favorisent la résistance aux antimicrobiens.

Au Sénégal, l’utilisation d’antibiotiques dans le secteur de l’élevage est passée de 11.435 kg en 2015 à environ 39.000 kg en 2021, soit une hausse de plus de 20.000 kg, a indiqué le docteur Chantal Biagui, vétérinaire et point focal RAM au ministère de l’Elevage et des Productions animales.

Elle estime que cette évolution croissante d’agents antimicrobiens nécessite une prise de conscience, pour une ‘’utilisation prudente, responsable et rationnelle de médicaments, afin d’éviter le développement de bactéries multi-résistantes’’.

Il s’agit, pour les soignants, les prescripteurs d’ordonnances, les pharmaciens et les patients de respecter la réglementation sur l’utilisation des médicaments, les antibiotiques notamment.

Les experts estiment que les microbes résistants peuvent passer dans la chaîne alimentaire et se répandre dans l’environnement, le résultat étant que les antimicrobiens deviennent inefficaces pour traiter les infections ou les maladies chez les nouveaux hôtes.

L’atelier de formation est organisé par la tripartite OMS/OIE/FAO, dans le cadre de la Semaine mondiale de sensibilisation sur la RAM. Celle-ci procède d’une ‘’volonté commune’’ d’amener les acteurs de la santé humaine, animale et environnementale à prendre conscience du danger que constitue la résistance aux antimicrobiens.

Aps

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code