Institut de Français pour les étrangers: Le Sudes/Esr dénonce des «nominations irrégulières » et accable le recteur de l’Ucad

SUP DE CO

Pour la première fois depuis sa création en 1963, l’Institut de français pour les étrangers (Ife) est mis «en situation de fragilité périlleuse par le seul fait de l’autorité rectorale ». C’est le triste constat établi par le Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal/ Enseignement supérieur et recherche (Sudes/Esr) qui faisait face à la presse ce mercredi.

«l’Ife, Institut de français pour les étudiants étrangers, est un établissement d’habitude si tranquille que peu de gens le connaissent malgré l’importance de son rôle à l’Ucad. L’Ife assure, en effet, la mise à niveau linguistique des étudiants non francophones qui arrivent à l’université. L’établissement fonctionne comme un institut d’université placé sous la responsabilité d’un conseil d’administration qui, entre autres attributs, élit un directeur et un directeur des études que le recteur, président du conseil d’administration, nommera in fine par arrêté rectoral », a rappelé le Sudes/Esr.

Or, «depuis le mois d’avril 2021, le recteur Ahmadou Aly Mbaye, a pris sur lui la responsabilité exclusive de nommer un directeur de l’Ife, puis un directeur des études sans en référer au conseil d’administration habilité en la matière. Le prétexte de l’intérim, évoqué en épouvantail pour faire passer ce coup de force administratif, n’est nullement prévu et organisé par aucun texte de l’Ife. Aussi, devant cette situation de non-droit, voire de forfaiture, l’Usb-Sudes de l’Ife refuse de reconnaître le directeur et le directeur des études illégalement nommés et installés par un recteur qui a choisi d’écraser et de mépriser les collègues placés sous son pouvoir hiérarchique », ont dénoncé les syndicalistes.

«Une situation de blocage » Selon eux, «la nouvelle « direction », naturellement marquée par son illégalité originelle, se distinguant par la violence de ses méthodes-menaces et voies de fait sur les collègues en pleine salle de cours- organise en mai une délibération du jury d’examen du 1er semestre. De toute évidence, le quorum ne pouvait être atteint en l’absence de quatre des huit enseignants (y compris le directeur et le directeur des études) qui se refusaient à participer à une réunion irrégulière et illégale. Les examens du 2ème semestre ont été organisés. Les enseignants membres de l’Usb-Sudes ne pouvant se résoudre à l’illégalité que constituerait la remise de notes d’un examen à des instances illégales attendent toujours d’avoir face à eux des autorités académiques légalement instituées et habilitées à cette fin.

Résultat : la délibération des examens du 2ème ne s’est toujours pas encore tenue ».Le Sudes/Esr de poursuivre : «Même dans les pires moments d’instabilité de l’Ucad, l’Ife avait toujours réussi à mettre en place un calendrier régulier dans le déroulement de ses activités. Bon an mal an, les tests d’orientation étaient organisés dans la deuxième quinzaine du mois d’octobre ; les cours commençaient dès après la première semaine de novembre et les résultats définitifs des examens finaux étaient proclamés dans la première quinzaine de juillet au plus tard ».

Aujourd’hui, «nul ne sait à quelle date se tiendront les tests d’entrée à l’Ife pour l’année 2021-2022 ; la particularité du public accueilli à l’Ife rend cette question singulièrement sensible. Un retard trop prononcé entraînera la désertion des étrangers qui choisiront d’autres pays pour leur formation, portant un coup sérieux à l’image du Sénégal comme pôle d’excellence universitaire. Quand on ajoute à cela l’impossibilité, pour les étudiants de la promotion 2020-2021, d’entrer en possession de leurs attestations ou diplômes, on se demande si l’Ife se relèvera facilement de l’état comateux dans lequel l’a plongé l’obstination du recteur à assouvir la passion ambitieuse de ses favoris », accuse le Sudes/Esr..

«Un syndicalisme dévoyé »Pire, «le Saes-campus de Dakar, par une déclaration signée de son coordonnateur Abdoulaye Dieng, s’implique dans l’affaire sur une base plus que simpliste : ses militants sont attaqués et doivent être défendus, donc la guerre Saes-Sudes doit avoir lieu. Stratégie dérisoire ourdie par des intrigants qui pensent pouvoir manipuler l’opinion publique en déplaçant sur le terrain de la rivalité syndicale ce qui n’est en réalité qu’une triste affaire d’ambition non maîtrisée. Le Saes-Campus de Dakar par la signature de son coordonnateur, inscrit l’action syndicale dans la voie dangereuse du corporatisme et du lobbying. Au prix du mensonge éhonté et d’accusations diffamatoires. Au prix de la sommation faite au Recteur de sévir contre les collègues récalcitrants et de les mettre au pas. Voilà ce qu’est devenu le Saes. Navrant. Plus que navrant », se désole le Sudes/Esr.

«Un recteur qui s’entête » Aussi, le Sudes et l’Usb de l’Ife regrettent «l’attitude du recteur qui s’obstine dans ses erreurs, dans ses errements et qui ignore toutes nos demandes et interpellations exprimées par correspondance. Conscient de l’illégalité de ses actes, le recteur refuse d’accéder à notre demande d’entrée en possession des arrêtés de nominations que nous contestons car il sait que les tribunaux ne lui donneraient pas raison. Pis encore : le recteur refuse de convoquer le conseil d’administration de l’Ife pour l’installation régulière d’une direction légale », révèle le Sudes/Esr selon qui «la méthode de pourrissement apparemment adoptée par le recteur produit des effets destructeurs sans commune mesure avec les avantages recherchés.

Ces avantages se réduisent à la perpétuation de la position administrative des favoris du recteur qu’il a nommés sans base légale aux postes de directeur et de directeur des études ».Au compte «des effets destructeurs de cette stratégie de pourrissement que le recteur et les affidés seront seuls à assumer », le Sudes/Esr cite «l’anéantissement des efforts pédagogiques de la promotion d’étudiants de l’année 2020-2021 » et « l’hypothèque sur le démarrage de la nouvelle année 2021-2022 ». Enfin, «pour la première fois depuis sa création en 1963, l’Ife est mis en situation de fragilité périlleuse par le seul fait de l’autorité rectorale qui rendra compte de ce qui adviendra », avertit le Sudes/Esr.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code