EDUCATION EN AFRIQUE : « l’enseignement supérieur reste le maillon faible du système », dixit le ministre Cheikh Oumar Hann

SUP DE CO

Le ministre sénégalais de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation reste persuader que « l’enseignement supérieur reste le maillon faible du système éducatif en Afrique ».

« Si les niveaux primaire et secondaire ont fait l’objet d’importants investissements, il n’en est pas ainsi pour l’enseignement supérieur qui reste le maillon faible du système, particulièrement en Afrique, avec des taux d’accès ne dépassant pas les 18 %, alors que ceux des pays occidentaux avoisinent les 76 % », a indiqué Cheikh Oumar Hann.

Le ministre présidait ce jeudi à Dakar, la cérémonie d’ouverture de la Conférence sur l’état de l’éducation en Afrique (Soe-2019). Une rencontre de haut niveau qui a vu la présence de Mme Haija Aissata Issoufou Mahamadou, Première dame du Niger.

Devant l’assistance, Cheikh Oumar Hann a signalé qu’actuellement, l’éducation est perçue comme l’un des moteurs du développement économique et social des nations. Cependant durant ces dernières années, explique Cheikh Oumar Hann, les pays de l’Afrique subsaharienne ont réalisé de grands progrès, en termes d’amélioration de l’accès à l’éducation, sous l’impulsion du Programme d’éducation pour tous. « Ces progrès furent inégaux d’un pays à un autre et au sein d’un même pays, particulièrement en termes de qualité, d’équité et d’inclusion, d’apprentissage et de pertinence de l’offre de formation », a-t-il expliqué. (Khaliloulah)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code