RETRO: DISPARITION DE THIONE BALLAGO SECK : La musique sénégalaise orpheline de son parolier

SUP DE CO

La disparition du chanteur Thione Ballago Seck dans la nuit du samedi au dimanche 14 mars 2021, à l’âge de 66 ans, a bouleversé tout un pays et au-delà, marquant ainsi la perte d’une icône de la musique sénégalaise.

Les hommages se sont succédés pour saluer la mémoire de celui que l’on a surnommé le parolier de la musique sénégalaise.

Durant quarante ans, le père du chanteur Wally Ballago Seck, a contribué à la modernisation du Mbalax (sonorités du Sénégal) dont il était l’un des ténors avec Youssou Ndour, Ismaël Lo et Oumar Pène.

Thione Ballago Seck est né le 12 mars 1955 et a commencé à chanter à l’âge de 11 ans, déjà avec la troupe théâtrale de son établissement primaire à Pikine.

Il a intégré à 16 ans une troupe de théâtre, puis le « Star Band » de la légende Ibra Kassé, où il a évolué avec le célèbre Laye Mboup, avant de rejoindre « L’Orchestra Baobab », au sein duquel il monnaya son talent entre 1973 et 1977.

Le chanteur lance ensuite un premier groupe « Thione Seck et son ensemble », composé de membres de sa famille au début des années 1980, juste avant de fonder le « Raam Daan » en 1984, considéré comme « un mouvement de sensibilisation spirituelle » dans lequel il évoluait avec son petit frère Mapenda Seck et Mountaga Kouyaté, un ex de l’Orchestra Baobab.

Thione Ballago Seck se disait définitivement convaincu qu’une chanson devait ’’véhiculer un message, une prédication, un avertissement et une dénonciation sociale ».

Par les paroles de ses chansons, leur plein sens et leurs profondes connotations, Thione Seck éduquait, ramenait au quotidien de valeurs partagées, jugées fondamentales, interpellait également, au besoin, sur les tares de la société sénégalaise.

Sa légende s’est justement nourrie de la richesse de ses textes, qui parlent, au-delà du mélomane, à la plupart de ses compatriotes.

Celui que l’on a toujours qualifié de « griot des temps modernes » était également vu comme « un humaniste engagé », qui a profondément marqué la musique sénégalaise depuis plus de quarante ans.

Son dernier projet intitulé « La CEDEAO en chœur », en phase de réalisation, était présenté comme un « album fédérateur » auquel devaient participer plusieurs artistes de la sous-région ouest-africaine.

Il fut éclaboussé en mai 2015 par une affaire de faux billet de banque. Emprisonné, il sera libéré, puis condamné en appel en juin 2020 à trois ans de prison, dont 8 mois ferme.

La cour suprême va casser et annuler toute la procédure en mars 2021 dix jours avant son décès.

Le monde de la culture sénégalaise a aussi été peiné par le décès de Oumar Diop Makéna, acteur, comédien et metteur en scène sénégalais, décédé le jeudi 27 mars 2021.

Diplômé du conservatoire national de théâtre, de danse et d’art dramatique de Dakar en 1976, Makéna Diop a joué dans de nombreux films au Sénégal et à l’étranger parmi lesquels ‘’TGV’’ (1997) et ‘’Toubab bi’’ (1991) de Moussa Touré, ‘’Une femme pour Souleymane’’ (2001) de Dyana Gaye (Sénégal).

Aps

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code