CRISE À L’IFE : Le SUDES exige l’organisation «immédiate et sans délai » de l’élection d’un directeur des études

SUP DE CO

La crise persiste toujours à l’Institut de français pour les étudiants étrangers (Ife) de l’Université Cheikh Anta Diop (Ucad) de Dakar. Le Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal (SUDES) est revenu à la charge après la récente sortie du recteur.

Dans une interview avec Le Soleil ce 27 novembre 2021, le recteur de l’Ucad, Ahmadou Aly Mbaye, à propos de la crise à l’Ife, affirme : « Lorsqu’il y a vacance dans une direction, une école, un institut ou une faculté (démission, décès, indisponibilité), les textes de l’université sont clairs. A partir de ce moment, c’est l’adjoint qui termine le mandat. Pour le cas de l’Ife, c’est le directeur des études que moi j’ai trouvé ici qui a été promu ». Un avis que ne partage pas le Sudes.

«Encore une fois, le recteur, qui semble ignorer que le décret 79-175 du 28 février 1979 portant création et organisation de l’Ife, ne prévoit aucune disposition relative à l’intérim en cas de vacance de poste, tente vainement de justifier les nominations illégales d’un directeur et d’un directeur des études dont les mandats ne sont pas solidaires. Qui plus est, les mandats des prétendus intérimaires sont achevés depuis le 31 mai 2021 pour le directeur des études et le 31 juillet 2021 pour le directeur », réplique le SUDES qui ajoute : «Les textes auxquels il fait vaguement allusion ne concernent pas l’Ife et de plus il se fonde sur l’arrêté 1269 du recteur Thioub du 23 avril 2019 qui ne pouvait en aucun cas prévaloir sur le décret présidentiel qui régit l’Ife ».

Par ailleurs, «pendant sept mois, le recteur a catégoriquement refusé d’appliquer l’article 4 du décret 79-175 qui stipule : « Le directeur, obligatoirement choisi parmi le personnel enseignant de la faculté des Lettres et Sciences humaines est nommé par le recteur, sur proposition du conseil d’administration après avis de l’assemblée de la faculté. Le directeur des études, choisi parmi le personnel enseignant titulaire de l’institut, est nommé par le recteur, sur proposition du conseil d’administration », révèle le SUDES.

Or, «pour qu’il se décide à lancer un appel à candidatures, il a fallu attendre la publication du décret n° 2021-1500 du 16 novembre 2021 fixant les règles d’organisation et de fonctionnement de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar qui stipule en son article 107 : « L’institut d’université est placé sous l’autorité d’un directeur nommé par décret après avis du conseil d’administration de l’université.

Le Directeur, élu par les enseignants-chercheurs, est choisi parmi les professeurs titulaires, les professeurs assimilés, les directeurs de recherche titulaires et les directeurs de recherche assimilés ou à défaut, parmi les maîtres de conférences titulaires et les chargés de recherche titulaires. Il est élu pour un mandat de trois (03) ans renouvelable une fois par les professeurs titulaires, les professeurs assimilés, les maîtres de conférence titulaires, les maîtres de conférence assimilés, les chargés de recherche titulaires, les chargés de recherche assimilés et les assistants titulaires » », rappelle le syndicat.

Il se trouve selon le SUDES que l’article 119 du nouveau décret stipule : « Sont abrogées toutes dispositions contraires au présent décret, notamment celles du décret n° 70-1135 du 13 octobre portant statut de l’université de Dakar modifié ». Pour le SUDES, «cela montre, de la part du recteur, le mépris total des deux décrets, dans son acharnement à vouloir imposer vaille que vaille, contre vents et marées, ses affidés à la tête de l’Ife ».

Aussi, le SUDES «s’insurge avec véhémence contre cette nouvelle tentative de contournement des textes et contre toute autre forme de violation de la loi et exige l’organisation immédiate et sans délai de l’élection d’un directeur des études et d’un directeur conformément à l’article 107 sus-cité ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code