CÉLÉBRATION DE LA JOURNÉE DU TIRAILLEUR SÉNÉGALAIS : Lamine Senghor cité en exemple pour les générations présentes et futures

SUP DE CO

La journée du tirailleur sénégalais a été célébrée hier au Mémorial de Thiaroye sous la présidence du ministre des Forces armées. Un moment de recueillement et de rappel sous le thème « Lamine Senghor, le combat pour l’égalité d’un tirailleur sénégalais de la Grande Guerre ».

Pour la célébration de la journée du tirailleur sénégalais cette année, le choix du Président s’est porté sur un tirailleur sénégalais de la grande guerre qui n’a pas failli à son devoir de combattant, à travers le thème «Lamine Senghor, le combat pour l’égalité d’un tirailleur sénégalais de la grande Guerre».

«De son vrai nom Lamine Arfang Senghor, il est né le 15 septembre 1889 à Joal. Il participe à la Bataille de la Somme en 1916. En 1917, il est au Chemin des Dames où, blessé, il est évacué en juillet. Plus tard, dans le secteur de Verdun, il est victime des gaz asphyxiants de l’ennemi. En fin novembre, son unité, le 67e Bataillon de tirailleurs sénégalais (Bts), se repose au camp d’hivernage de Fréjus. En 1918, le 67e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais est de retour au front, à Château-Thierry, en Champagne ; le sergent Senghor est alors décoré de la Croix de guerre. En octobre, son bataillon revient à Fréjus », a rappelé le ministre des Forces armées.

«En 1919, une mutinerie éclate, dans ce camp d’hivernage, durant laquelle, le sergent Lamine Senghor et ses camarades demandent leur rapatriement. De retour à Dakar, il réussit à obtenir la nationalité française et retourne en France. Il bénéficie d’une pension d’invalidité à titre français et décroche un emploi réservé de facteur aux Postes, télégraphes et téléphones (Ptt).

Marié à une française, il tente en vain de rentrer au Sénégal avec son épouse, mais l’administration coloniale s’y oppose. En effet, elle se méfie de la présence en Afrique de couples mixtes pouvant écorcher la suprématie blanche au plan local, mais également y diffuser les idées communistes », a-t-il ajouté.

Avec la grande guerre, rappelle Sidiki Kaba, «les combattants africains découvrent l’Europe avec ses forces et ses faiblesses. Le mythe de l’homme blanc s’en trouve fortement ébranlé.

La prise de conscience, qui s’en suit, fait émerger en Métropole, chez ces vétérans de la guerre 14-18, venus de tout l’empire, l’idée de combattre l’injustice raciale, l’impérialisme, le colonialisme. Face aux promesses non tenues, telle : « En versant le même sang, vous gagnerez les mêmes droits », le courant indépendantiste va progressivement supplanter celui assimilationniste. Sous l’influence des communistes, des ressortissants asiatiques, africains, antillais, sont initiés à la lutte révolutionnaire par une formation marxiste de base.

En 1924, Lamine Senghor devient militant de l’Union inter coloniale créée par le Parti communiste français depuis 1921 ».
Un parcours de combattant.

Mieux, «il démissionne par la suite du Parti communiste français et de l’Union inter coloniale, considérant que les communistes français ne prenaient pas assez en compte l’émancipation des peuples noirs et la défense de leur race. En créant en 1926, le Comité de Défense de la Race Nègre, il s’éloigne définitivement des assimilationnistes pour épouser les thèses indépendantistes, avec ses camarades, KojoTovalou Houenou, Tiémokho Garan Kouyaté, entre autres. Ils sont en contact avec des célébrités de l’époque telles que : George Padmore, Du Bois, Marcus Garvey, Messali Hadji etc. Vous remarquerez l’emploi du mot nègre à la place de celui de noir, pour revendiquer son appartenance à cette race et, surtout, manifester sa fierté de l’être », a insisté le ministre des Forces armées lors de son allocution.

Plus tard, «cette partie de son héritage sera amplifiée et immortalisée par l’adoption du concept de «négritude ». Au congrès constitutif de la Ligue contre l’impérialisme à Bruxelles, en février 1927, il y côtoie Nehru de l’Inde, Gumede de l’Anc de l’Afrique du Sud, la veuve du Chinois Sun Yat Sen, le physicien Albert Einstein, entre autres personnalités. Son discours retentissant du haut de cette tribune fut traduit en anglais et diffusé, outre-Atlantique, par la presse américaine. Il fut arrêté quelques jours après ce célèbre discours et emprisonné quelques semaines à Draguignan. Souffrant des séquelles des gaz asphyxiants de la première guerre mondiale et atteint de tuberculose, il voit sa santé se dégrader de jour en jour. Il quitte alors Paris pour retrouver un climat plus clément dans le Var, à Fréjus, dans le sud de la France. Abandonné par son épouse, son mouvement qu’il a créé commence à perdre de son aura et connaît des difficultés. Physiquement affaibli, sa santé s’étant sérieusement dégradée, ce Sérère bon teint meurt prématurément le 25 novembre 1927, à l’âge de 38 ans ».

« Précurseur et pionnier du mouvement anticolonialiste ».

Selon lui, «Lamine Arfang Senghor a été un grand homme. Précurseur et pionnier du mouvement anticolonialiste dont il a été l’un des militants noirs les plus influents, en France, et de la prise de conscience du monde noir, sa contribution historique se dilue, plus tard, dans les mouvements d’indépendance qui prennent de l’importance après la seconde guerre mondiale ». Qui plus, «le souvenir de son action est progressivement éclipsé par de nouveaux acteurs qui ont pour noms : Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor, Franz Fanon etc.

Celui qui consacra la dernière partie de sa vie à se battre pour des causes justes, devient un oublié de l’histoire. Dans les trois premières décennies de l’indépendance du Sénégal, quelques partis politiques de gauche tentèrent, tant bien que mal, d’entretenir sa mémoire. Désormais, cette mémoire est officiellement réhabilitée ici et maintenant, devant ce Mémorial de Thiaroye.

Ses excellentes qualités de soldat, son humanisme, son esprit de justice et d’équité, les valeurs qu’il incarnait dans les luttes politiques qu’il a menées pour le monde noir et les peuples opprimés, seront un jour dans les programmes d’enseignement afin de servir d’exemple aux générations présentes et futures », a promis Sidiki Kaba.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code