Basket-Moustapha Gaye, DTN et sélectionneur des Lionnes: « je pense que nous sommes pour le moment la meilleure équipe de Kigali »

SUP DE CO

Présence à Kigali

Je suis à Kigali en tant que Directeur technique national qui vient chercher une performance dans une compétition africaine. Je ne suis pas dans la bulle parce que je l’ai trouvée fermée et ça allait entrainer des mesures contraignantes avec des tests et autres pour se conformer au protocole. En plus, j’avais des obligations avec la sélection féminine qui est présentement en préparation pour l’Afrobasket. Je n’interviens pas dans le coaching de l’équipe. Je l’ai dit à la Fédération depuis le début. Je ne suis pas un Directeur technique qui s’assoit pour impacter dans le coaching. J’ai nommé des entraineurs et je les laisse dérouler. J’ai confiance en eux et je suis là en tant que superviseur. On est à un niveau d’organisation tel que Boniface et son staff savent ce qu’ils doivent faire.

Niveau de la compétition

Je pense que le niveau de la compétition est bon. A part que le Nigeria a faussé le niveau et on l’attendait avec sa meilleure équipe. Je trouve le Sénégal à son niveau. L’équipe joue avec son identité, défense forte et un jeu rapide. Il y a tous les ingrédients pour produire un bon jeu. Mais je dis attention car il y a des équipes qui émergent en Afrique. On a vu l’Ouganda qui a sorti le Nigeria, il y a le Sud Soudan, le Kenya, sans oublier le Rwanda qui a montré de belles choses.

Angola, adversaire des Lions en quart de finale

L’Angola qu’on disait morte, j’ai vu une bonne équipe, très solide et expérimentée. C’est une équipe qui a ses arguments qui défend dur et dispose de joueurs expérimentés. Il faudra qu’on joue sur nos forces mais je ne rentrerai pas dans les détails parce qu’on les joue mercredi. J’ai confiance en mon équipe mais il faudra être prudent car l’Angola connaît cette compétition.

Les Lions, des arguments à faire valoir

Je pense que nous sommes pour le moment la meilleure équipe. C’est un groupe très homogène et cela montre la qualité du casting. Maintenant, il faudra laisser les choses se faire, rester concentrés, sérieux et professionnels sur le terrain. Il faudra prendre les adversaires au sérieux et jouer tous les matches comme des finales. Et la première finale c’est ce mercredi contre l’Angola. J’avoue une équipe très équilibrée et homogène.

C’est difficile de trouver des défauts à cette équipe du Sénégal. Tous les secteurs du jeu marchent. J’ai plutôt peur de l’excès de confiance et il faut continuer à être humble. Je pense que si on reste humble on peut aller loin dans cet Afrobasket.  On a toujours de bonnes équipes mais on perdait sur des détails. Aujourd’hui, on voit que tout le monde est concerné. Le staff fait un excellent travail et les joueurs sont vigilants. Il faut rester concentré et avoir en tête qu’un match de basket surtout à élimination directe se joue sur des détails.

Qualification Coupe du monde

Je pense que c’est une bonne poule pour nous. On aura des fenêtres à faire et cela va développer l’équipe. Ce qui est extraordinaire c’est qu’au-delà de l’objectif assigné au staff qui est la reconquête du titre. L’équipe a été rajeunie et a une durée de vie de 10 ans, si on sort les 3 anciens Gorgui, Maurice et Youssou Ndoye. Et ces derniers peuvent encore jouer pendant des années. Je pense que ce tirage n’est pas trop difficile pour nous. Ces éliminatoires vont nous permettre de faire grandir l’équipe et on sera meilleur dans les années à venir.

Objectif avec les filles

On est en chantier et ce n’est pas le même objectif que chez les garçons. L’équipe féminine vise le podium.  On travaille depuis presque un mois. L’équipe progresse petit à petit. El Hadji Diop, Khady Diop et Mborika Fall font le travail en attendant mon retour. On a en vue un tournoi international. On ne sait pas encore car seul le Cap-Vert a confirmé. On attend l’Angola et la Côte d’Ivoire. On avance sans pression parce qu’on a une équipe jeune et on travaille par objectif. On n’est pas favori car il y a le Nigeria, le Mozambique et l’Angola. On a une équipe jeune et le contexte n’est pas le même. On n’a plus Astou Traoré, Mame Diodio Diouf et Aya Traoré. C’est un autre groupe avec des jeunes en quête d’expérience. Mais ce sera un plaisir de retourner au Cameroun, où on a gagné notre dernier titre africain.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code