And Gueusseum marche à Thiès pour une application intégrale des accords signés avec l’Etat

SUP DE CO

L’alliance des syndicats autonomes de la santé « And Gueusseum’’ a marché samedi à Thiès pour une application intégrale des accords signés le 10 mai dernier avec l’Etat et pour la résolution d’autres questions subséquentes.

Les marcheurs sont partis de l’esplanade de la Croix-Rouge de Thiès, au quartier Carrière, pour rejoindre la route nationale qu’ils ont empruntée jusqu’à l’hôtel de ville de Thiès, où ils ont fait une escale.

Cette marche est organisée après trois mois de mouvement dans la région de Thiès, pour réclamer la liberté de trois agents de santé détenus, suite à l’incendie ayant causé la mort de 11 nouveau-nés à l’hôpital Mame Abdoul Aziz Sy de Tivaoauane.

Deux des agents détenus ont bénéficié la semaine dernière d’une liberté provisoire, alors que le responsable de la maintenance, Fodé Dione, est resté dans les liens de la détention.

Cette question a d’ailleurs motivé le choix de Thiès pour accueillir cette manifestation à laquelle ont pris part des délégations venues de toutes les régions du pays, selon les organisateurs.

L’alliance And Gueusseum dénonce l’arrestation de camarades qu’elle considère comme une ‘’injustice’’, dès lors que, selon elle, ils ne peuvent être tenus pour responsables de l’incendie qui serait causé par une ‘’explosion’’ résultant d’un ‘’court-circuit’’.

Les cinq syndicats exigent aussi que l’indemnité de logement qui leur a été accordée soit généralisée à tous les agents de santé, conformément au protocole d’accord.

Aux termes de l’accord, ils devaient jouir, pour la première fois, d’une indemnité de logement de 100.000 FCFA, dont 50.000 immédiatement, 25.000 en 2023 et 25.000 en 2024. S’y ajoute une hausse de la prime de risque de 50.000 à 75.000 FCFA, et des indemnités spécifiques à certaines spécialités.

Ils se disent déçus d’avoir constaté qu’au moment de l’application, seuls les blouses blanches ont été prises en compte, au détriment des administrateurs et des contractuels.

D’autres griefs portent sur le remboursement des dettes dues aux hôpitaux par l’Agence de la CMU, l’affectation jugée ‘’arbitraire’’ d’un responsable syndical à Ourossogui, la réhabilitation du bâtiment abritant le poste de santé de Fadial, qui menace ruine.

And Gueusseum se préoccupe du contrat entre l’hôpital de Mbour et l’agence Polimed. Elle demande aussi l’érection d’un hôpital de niveau 3 à Mbour, en raison de sa position sur un ‘’axe accidentogène’’.

‘’On est un peu étonné que le président soit généreux, que le ministre des Finances soit dans les dispositions’’, alors que le ministère de la Santé traîne les pieds, a fait valoir Mballo Dia Thiam, président de l’alliance And Guesseum.

Passé le 3 septembre, date d’expiration de son préavis de grève, And Gueusseum se réserve le droit de dérouler ses plans d’actions qui peuvent être constitués de grèves, de sit-in ou de marches. Elle envisage une jonction avec les travailleurs des collectivités territoriales pour un mouvement de grève les 21, 22 et 23 septembre.

L’Union régionale, qui était en mouvement depuis trois mois, annonce toutefois qu’elle lèvera son mot d’ordre en début de semaine, après la libération de deux de leurs camarades. Elle privilégiera les ’’consultations avec les autorités’’ pour le reste, selon son secrétaire général Papa Mor Ndiaye.

Aps

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code