AFRIQUE DU SUD: A peine réélu, le Président Cyril Ramaphosa s’attaque à la corruption au sein de l’ANC

SUP DE CO

Réélu mercredi par le Parlement, le chef de l’Etat sud-africain a montré des premiers signes de son engagement à lutter contre la corruption en Afrique du Sud, discréditée par de nombreux scandales.

Au nombre des députés qui prêtaient serment mercredi devant le président de la Cour constitutionnelle en Afrique du Sud, trois absents de taille : David Mabuza, actuel vice-président du pays, mais aussi Nomvula Mokonyane et Malusi Gigaba, deux anciens ministres. Tous les trois sont des ténors du Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir qui a remporté les législatives avec 57,5 % des voix.

Le chef de l’Etat Cyril Ramaphosa qui a été réélu par le Parlement au cours de la même cérémonie, a décidé que l’investiture des trois membres de son parti devait être retardée en raison d’accusations de corruption qui pèsent sur eux. David Mabuza a notamment été épinglé par un rapport de la Commission intégrité de l’ANC. Et selon cet organe, tout responsable du parti suspecté d’acte répréhensible doit quitter son poste durant les procédures disciplinaires. Quant aux ministres Mokonyane et Gigaba, ils sont cités par les lanceurs d’alertes dans des cas de corruption qui ont émaillé le mandat de l’ancien président Jacob Zuma.Depuis quelques années, l’ANC — au pouvoir depuis la fin du régime de l’apartheid en 1994 — est passé à la postérité pour les nombreux scandales de corruption qui lui sont imputés. Cette image de parti corrompu s’est davantage renforcée sous le règne du président Zuma. La question a meublé la récente campagne électorale durant laquelle tous les partis se sont engagés à éradiquer ce fléau.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code